DÉJAME QUE TE BAILE 2017-11-25T11:30:59+00:00

MERCEDES RUIZ

DÉJAME QUE TE BAILE

CON SU PERMISO

Mercedes Ruiz demande la permission de danser. Ou, plus précisément, elle réclame humblement votre attention : elle veut que vous la regardiez, que vous ressentiez sa danse.

Mercedes a passé presque toute sa – courte – vie à danser sur scène : soit depuis qu’à tout juste sept ans, elle fut embarquée à l’âge pour New-York en tant que moussaillon au sein de la Compagnie de Manuel Morao y Gitanos de Jerez.

Dans ses veines coulent des globules rouges de compás et de savantes plaquettes qui savent quand et comment s’arrêter : Mercedes respire flamenco ; ressent flamenco. Ressentir : voici le verbe qu’elle utilise pour transmettre son expérience au fil du long processus de montage de son nouveau spectacle, ou comme résumé à la fin de chaque représentation : elle l’a sentie ou non, elle a senti un interprète ou non, elle s’est sentie elle-même bien, ou désastreuse. Son ressenti abrite tout un monde, celui d’une âme sensible, et cache qu’elle a fait de la danse sa façon à elle de s’exprimer.

Peut-être est-ce pour cela – le flamenco élevé au rang de langage vital et spirituel – que Mercedes a commencé depuis quelque temps maintenant un voyage introspectif vers une connaissance réflexive de sa – processus qui lui permettra de réunir en une intime et indéfectible communion, la technique et le discours de ses émotions et sentiments.

Déjame que te baile est un pas supplémentaire sur cette voie ; c’est toutefois un spectacle différent de ses deux grands projets précédents. En effet, si Perpéctivas était une ode à la lumière et à la vie (après sa maternité) et Ella, une réponse à ses angoisses et à de noirs présages personnels, Déjame que te baile se concentre sur le besoin que ressent Mercedes de réinterpréter sa danse, de concevoir de nouveaux styles – ce qui en flamenco est non seulement possible mais aussi nécessaire – et ce, à la lumière de l’expression poétique de sa danse actuelle.

Afin d’alimenter sa nouvelle manière de danser, Mercedes puise aux sources des formes chantées et des musiques les plus fertiles et les plus stimulantes du flamenco : inspirations des plus lointaines, remontant au premier tiers du XXe siècle aux plus récentes, issues du renouveau des années 60 à 80 avec des artistes comme Pepa Oro, Chacón, Vallejo, Pastora, Sernita ou Isabelita de Jerez pour n’en citer que quelques uns, sans oublier Ramón Montoya, Sabicas ou Paco Cepero (qui s’inscrit d’une façon toute spéciale dans le spectacle).

Afin de réinterroger sa danse, Mercedes en appelle au dialogue avec les voix des chanteurs et avec la sensibilité des musiciens pour lui apporter cet élan dont elle a besoin pour ressentir, créer, et qu’elle reçoit à profusion grâce aux solides connaissances et aux styles actuels des artistes invités (David Lagos, David Carpio, Santiago Lara).

Mercedes Ruiz veut danser pour vous tous, et ressentir à l’unisson.

Avec votre permission, bien entendu

Francisco López

Fiche artistique et technique

CAST

MERCEDES RUIZ
Danse flamenca

Artistes invités

DAVID LAGOS
DAVID CARPIO

Chant

SANTIAGO LARA
Guitare

PERICO NAVARRO
Percussions

JAVIER PEÑA
RAFAEL RAMOS
Palmas

Direction artistique et chorégraphie
MERCEDES RUIZ

Direction musicale
SANTIAGO LARA

Scénario et mise en scène
FRANCISCO LÓPEZ

      Jesús Ruiz – Création des costumes

      Fernando Ligero y Fátima Canca – Costumiers

      Paco Lobato – Photographie

      Pedro Serrano – Lumière

      José Amosa – Son

Une production de la Compagnie Mercedes Ruiz

Distribution Endirecto FT S.L. 

Avec la collaboration de l’INAEM – Ministerio de Cultura – Gobierno de España: